Black-Label
de Léon-Gontran DAMAS (extraits)
« Black-Label », © éditions Gallimard, 1956

retour à Accueil

1

ET BLACK-LABEL
pour ne pas changer
Black-Label à boire
à quoi bon changer

SUR LA TERRE DES PARIAS
un premier homme vint
sur la Terre des Parias
un second homme vint
sur la Terre des Parias
un troisième homme vint

Depuis

Trois fleuves
trois fleuves coulent
trois fleuves coulent dans mes veines

BLACK-LABEL A BOIRE
pour ne pas changer
Black-Label à boire
à quoi bon changer

A DES MILLES ET DES MILLES

en Paris Paris Paris

Paris -- l'Exil
mon coeur maintient en vie
le regret double
du tout premier éveil à la beauté du monde
et du premier Nègre mort à la ligne
mort sur la ligne
qui mène encore
aux Isles de l'Aventure
aux Isles à la Dérive
aux Isles de la Flibuste
aux Isles de la Boucane
aux Isles de la Tortue
aux Isles à Nègreries
aux Isles à Sucreries
aux Isles de la Mort-Vive

(...)

2

SONNE ET SONNE
sonne à mon coeur mariné dans l'alcool
dont nul n'a voulu tâter à table hier
Sonne et sonne
minuit de clair de lune à trois
dont l'image est à jamais en UNE
FEMME entrevue en l'Ile aux mille et une fleurs
assise au pied des mornes verts
et filaos échevelés

ALLO ALLO
Allo Sicy
Syci-Chabine
ICI Limbé

Veux-tu que nous jouions
au jeu de notre enfance enjouée
dis
veux-tu que nous jouions
au jeu du baiser-pur
du baiser-sur-le-front
du baiser-jamais sur la bouche

SONNE ET SONNE
sonne à mon coeur mariné dans l'alcool
dont nul n'a voulu tâter à table hier
Sonne et sonne
minuit de clair de lune à trois
dont l'image est à jamais en UNE
FEMME entrevue en l'Ile aux mille et une fleurs
assise au pied des mornes verts
et filaos échevelés
et flûte de bambou du pâtre éveillé modulant
la rengaine en sourdine

LE BEL ENFANT DE CHOEUR
tout plein gentil
tout plein joli
tout plein mignon

Le bel enfant de choeur
en caramel
chasuble rouge
souliers vernis
qu'il me souvient d'avoir été
au seuil grandiose
des reposoirs sur qui pleuvaient
roses effeuillées
roses parfumées
roses d'encens
miraculées
immaculées
matriculées
à la fête-Dieu
des ans passés et trépassés

(...)

3

_ TU ÉTAIS AU BAR
et moi
_ parmi d'autres _
à même la piste enduite
et patinée de steps
de slomps
de slows
de songs
de sons
de blues

Et de la table où un blanc à lunettes
s'ennuyait à lire un journal son journal
je te regardais boire un Canadian Club

Fasciné peut-être
soudain ton regard
affronta le mien
mais de toi ou de moi qui déjà n'étions
qu'un seul beau désir insatisfait
je ne sais plus lequel
vint au-devant de l'Autre
alors que l'orchestre scandait

esclavo soy

je ne sais plus lequel

et ce fut le vertige

Accrochée à tes pas
accrochée à tes yeux
accrochée à ton âme
je me laissai aller
au rythme de ton drame

Et j'en vins à souhaiter en moi-même
que le chemin à parcourir fût aussi long que le temps mis
à nous voir l'un et l'autre
face à face au Carrefour

(...)

4

SONNE SONNE ET SONNE
sonne à mon coeur mariné dans l'alcool
dont nul n'a voulu tâter à table hier
Sonne et sonne
minuit de clair de lune à trois
dont l'image est à jamais en UNE
FEMME entrevue en l'Ile aux mille et une fleurs
assise au pied des mornes verts
et filaos échevelés
et flûte de bambou du pâtre éveillé modulant
la rengaine en sourdine
et le bruit court dans les halliers
et ma voix clame en EXIL
et l'EXIL chante à deux voix
et voici ELYDÉ
et réveillé net de nouveau se déroule le film du rêve recréé
et pourquoi en vouloir

POURQUOI EN VOULOIR A TOUS CEUX DONT JE SUIS
qui retrouvent enfin
le fil du drame interrompu
au bruit lourd de chaînes
du brigantin frêle
mouillant dans l'aube grise de l'Anse aux KLOUSS
MASKILILIS
malins qui dansent
m'expliquerez-vous pourquoi toujours
sur cet immense fond rouge
de sang d'hommes jusqu'au dernier armés
de sagaies et de flèches à l'usage inutiles

Etre de ceux qui jamais n'ont cessé d'être
un souvenir qui soudain retrouve enfin
le fil du drame interrompu
au bruit lourd des chaînes
du brigantin frêle
mouillant dans l'aube grise de l'Anse aux Klouss
c'est bel et bien restituer
le parfum fort du rythme des heures claires
battu le rythme
coupé le rythme
et
refoulé le rythme

Etre de ceux qui jamais n'ont cessé d'être
un souvenir qui soudain retrouve enfin
le fil du drame interrompu
au bruit lourd des chaînes
du brigantin frêle
mouillant dans l'aube grise de l'Anse aux Klouss
Maskililis
malins qui dansent

m'expliquerez-vous pourquoi toujours
sur cet immense fond rouge
de sang d'hommes jusqu'au dernier armés
de sagaies et de flèches à l'usage inutiles

(...)

retour à Accueil