Parce que la ville est un extraordinaire espace chorégraphique,
parce que les corps en mouvement sont les meilleurs révélateurs de la ville,

La Compagnie Migrateurs-Transatlantique et la chorégraphe Jany Jérémie proposent

Villes Mouvementées

Projet urbain et chorégraphique sur mesure

  • Projet sur mesure pour un événement, une fête populaire, un anniversaire, la mise en valeur d'un quartier, d'un édifice.
  • Prêt-à-Danser pour drainer un public et l'entraîner vers un lieu de spectacle.
  • Interventions spécifiques pour révéler des espaces et éclairer autrement la ville.
  • Inventer la « mise en corps » d'une ville.
  • Mettre en œuvre, sous forme d'un Jeu de piste, une série d'instantanés : Ombres Portées, Statues quo, Soli soleils, Illuminés, Zoom Zoom, Parking…

Ombres Portées

 

Mise en valeur d'une architecture singulière (mur d'enceinte, fort, paroi d'un immeuble) avec les ombres de corps vivants en mouvements.

 

 

 

Plusieurs séquences :

- Une intervention dansée sur tour la longueur du mur. Un aller avec des arrêts et des mouvements qui amplifient les ombres sur la paroi. Un retour avec des moyens de locomotions (vélos, patinette, rollers, skate board).
- Danse escalade : les acrobates sont debout, marchent sur le mur, puis descendent le long de la paroi. Certains sont collés au mur, d'autres jouent avec des cordes et des tissus aériens. Deux échassiers se déplacent au sol pour accompagner cette descente.
- Les passants deviennent acteurs : le public est invité par petits groupes à prendre place sous la façade pour jouer avec la lumière et créer de nouvelles ombres. Cette participation active permet une appropriation ludique du lieu par les spectateurs.

 Technique pour Ombres Portées
Les séances durent 45 minutes avec 30 minutes de pause. Le public se place sur un espace à l'opposé du mur. Sa jauge dépend de la longueur du mur et des possibilités du lieu.
Séquence 1 : 10 minutes avec huit danseurs
Séquence 2 : 15 minutes avec 4 acrobates 2 danseurs et 2 échassiers
Séquence 3 : 20 minutes avec des groupes de 10 personnes.
Lumières : aménagement de projecteurs spécifiques et répétitions dans l'espace à J-1.
11 Personnes accompagnent ce projet dont 8 danseurs et 3 techniciens dont 1 éclairagiste.

Statues quo

L'espace mis en valeur peut être une rue en pente, une place carrée (comme la place du Palais Royal à Paris), un rond-point singulier, un édifice épuré.

Et c'est l'occasion pour une ville de mettre en avant le potentiel chorégraphique qui se dégage au sein d'associations ou de compagnies.

À partir de l'idée simpliste du personnage de ville qui, par son immobilité et la sobriété de son mouvement, attire le regard des passants, il s'agit de créer un grand nombre de figures positionnées dans l'espace à intervalles réguliers.

Le public se promène à l'intérieur de ce champ d'une cinquantaine de « statues ». Les interprètes peuvent être des initiés au hip-hop, à la danse indienne, au butô ou au mime.

Technique pour Statues quo

Les séances durent 45 minutes, avec des pauses de 30 minutes. 8 danseurs accompagnent des danseurs amateurs. Ils ont travaillé durant un stage de 2 ou 3 jours pour préparer cette création sur mesure. L'équipe de la compagnie est composée de 11 personnes dont un costumier. L'action peut avoir lieu de jour ou de nuit.

Soli soleils

Une longue avenue, assez large aussi (la Canebière à Marseille).

Un danseur tous les 30 mètres. Il évolue sur une petite surface de 3 m2, à 1,5 m de hauteur environ.

Les danseurs proposent des compositions originales d'une durée de 5 minutes au moins. Ce sont de vrais solos chorégraphiques. Certains demandent un espace particulier (hauteur, escalier), d'autres n'ont pas besoin de musique, tous sont singuliers.

Le public peut suivre un solo ou flâner d'une scène à l'autre. Un parcours est installé sur l'avenue avec un sens pour l'aller et un sens pour le retour.

Chaque solo commence avec un décalage sur celui qui le précède. Au bout des 5 minutes, ils vont tous s'arrêter dans une immobilité commune, et débuter un mouvement sous forme de vagues. Puis certains reprendront leur danse, d'autres resteront en immobilité, le temps que chacun termine la séquence.

Technique pour Soli Soleils

Pour cet événement, il faut un minimum de 20 danseurs professionnels dont une douzaine travaillant dans la région. Les solos peuvent être des instants de pièces chorégraphiques. Les apports de musique, costume, décor sont fournis par chaquee danseur. L'installation des espaces (petites scènes, amplifications, lumières) a lieu la veille. L'équipe est composée de 3 techniciens, 1 chorégraphe et 5 interprètes. L'action peut avoir lieu de jour ou de nuit.

Illuminés

Une dizaine de grands miroirs de 2 x 1m sont posés au sol et espacés les uns des autres. Ils illuminent un lieu singulier : espace paysager, ruines, mur d'enceinte…

Les artistes vont intervenir parmi ces objets avec une danse souple et des jeux de cache-cache. Le spectateur est invité à prendre des photos. Au bout de 10 minutes, les danseurs vont laisser la place au public qui sera entraîné dans le jeu pendant 20 minutes. Puis les artistes déplaceront un à un les miroirs et reconstruiront la scène dans un autre endroit.

Technique pour Illuminés

Les miroirs, fournis par la compagnie et de la hauteur d'un homme, sont en plastique souple. Ils sont posés sur une latte de bois qui assure leur stabilité au sol. Cet événement peut avoir lieu dans n'importe quel espace que l'on voudrait éclairer par un effet réfléchissant. II peut avoir lieu de jour comme de nuit. 8 interprètes jouent dans cette pièce. 2 techniciens assurent la mise en place des miroirs et la fluidité du public. Chaque séquence dure 30 minutes.

ZOOM ZOOM

Ce projet est réalisé sur le principe des "Flash-mob" (intervention participative surprise).
L'information circule par SMS, Internet, téléphone ou bouche-à-oreille :

"Vendredi 18h sur le pont St Pierre, votre baladeur sur les oreilles. Faites votre danse préférée sur votre musique préférée.
Au signal "Zoom Zoom" : tout le monde s'immobilise.
"Zoom, Zoom" : tout le monde s'éparpille et trouve une hauteur pour se dire au revoir."

Le projet ne demande pas de préparation spécifique. Il est plutôt une mise en bouche des autres créations sur mesure des Villes Mouvementées.
D'autres "flash-mob" en mouvement, mobilisant un grand nombre d'acteurs-spectateurs, sont envisageables.

 

Jeu de piste

Les 5 modules décrits ci-dessus sont autonomes. Ils peuvent faire chacun l'objet de représentations publiques. Et dans chaque ville, d'autres espaces peuvent donner lieu à d'autres « instantanés » spécifiques (parkings souterrains, gares, marchés…).

Pour pouvoir réellement « mouvementer » une ville, on additionnera plusieurs de ces propositions en fonction des lieux singuliers de la ville, de ses personnalités artistiques, des relais de mobilisation pour les actes participatifs, et en fonction de l'envergure géographique, temporelle et financière du projet.

L'ensemble des propositions sera organisé sur la forme d'un jeu de piste qui commencera aux portes de la cité. Les spectateurs reçoivent une carte qui leur donne les indications du jeu. Ils devront ici cocher des renseignements, là prendre un objet et le remettre dans un autre lieu.

Les protagonistes

Valérie Borde de Bat : artiste de cirque, acrobate, Luciane Vivas : artiste de cirque, aérienne, Virginie Charbonnier : artiste de cirque, jongleuse, échassière, Yendi Nammour : artiste chorégraphique, Patrick Mombruno : artiste chorégraphique, Didier Couchi : artiste de rue, acrobate, comédien, Alfred Alerte : artiste chorégraphique, chorégraphe, Eric Saïdi : artiste de cirque et de rue, échassier, magicien, acrobate, Jany Jérémie : artiste chorégraphique, chorégraphe

Un régisseur scénographe : Hervé Bigey, un éclairagiste : Jean Philippe, un costumier : Christian Burle